Choisir une agence Google Ads : notre expérience, notre approche et quelques conseils

Si vous lisez cet article, c’est que vous connaissez déjà l’importance du marketing numérique pour votre entreprise, et plus spécifiquement la nécessité de recourir à Google Ads et aux publicités PPC (pay-per-click) pour augmenter vos ventes. Bref, vous savez que trouver la meilleure agence Google Ads /SEA est un élément important de votre réussite numérique.

En tant que:

  • Google Premier Partner depuis 10 ans
  • Agence SEA depuis 15 ans, ayant audité des centaines de comptes, dialogué avec des centaines d’entreprises cherchant un prestataire pour optimiser leurs campagnes Google Ads.

Nous avons identifié au moins 6 facteurs clés à prendre en compte dans le choix de votre prestataire SEA. Nous espérons qu’il pourront vous aider.

1. L’expérience  de l’agence et des fondateurs

Depuis quand l’agence existe-t-elle? Quelle est l’expérience exacte des fondateurs de l’agence dans le domaine du PPC et du webmarketing?

Ce sont généralement les personnes qui créent l’agence qui déterminent ses méthodologies, ses règles, ses meilleures pratiques: il est important de connaître leur expérience en SEA. Si le directeur de l’agence a 2 ans d’expérience dans une entreprise et a simplement perçu l'”opportunité” de créer une agence dans un secteur en pleine croissance (le digital)…il n’est peut-être pas très qualifié pour déterminer la méthode et former les équipes qui vont générer les meilleurs résultats pour votre entreprise. Cela aboutit généralement a une situation où l’agence devient un écho des recommandations fournies par Google (qui peuvent parfois se résumer ainsi: “dépensez plus”). L’agence Google Ads que vous choisissez doit être un tiers de confiance entre votre entreprise et Google, pas simplement répéter les conseils de Google (qui ne sont pas tous pertinents pour votre entreprise – votre objectif est-il d’enrichir Google…ou votre entreprise?).

Avec 15 ans de recul, nous pouvons simplement dire que la priorité de Google est logiquement de satisfaire ses actionnaires, pas (uniquement) de rendre service aux annonceurs. S’il ne fallait qu’une preuve de cette réalité: l’évolution du droit européen en 2010 (une évolution très encouragée par Google), permettant aux annonceurs d’acheter les marques d’autres entreprises sur le moteur de recherche, a été globalement très coûteuse pour les annonceurs (bien obligés de défendre leur marque) et très lucrative pour Google (à priori des milliards d’euros). Par expérience, Google fait peu d’efforts pour accéder aux demandes des annonceurs sur ce sujet (avez-vous déjà tenté de protéger votre marque sur Google?).

Le fait d’avoir vu des centaines de situations, de cas de clients, d’avoir ses propres activités online permet généralement à l’agence d’avoir un peu de recul sur les différentes options proposées (notamment par Google) et de mieux vous conseiller. Certaines agences, comme Snow Globe, possèdent des sites d’e-commerce ou des activités d’affiliation: si votre prestataire maitrise autant le webmarketing et depuis tant d’années, il serait étonnant qu’il n’ait pas mis sa propre trésorerie à l’épreuve de son talent.

Question à poser:

  • Comment intégrez-vous les conseils de Google dans la gestion de nos investissements ?
  • Depuis combien d’années travaillez-vous sur des problématiques SEA? Quelle est votre expérience exacte sur le sujet?

2. Les certifications de l’agence

Même si plusieurs agences, y compris la notre, s’inquiètent de l’évolution de la relation entre Google et les agences, il nous parait risqué de travailler avec une entité qui ne démontre aucune connaissance des examens / certifications Google. Cela sera souvent le cas des agences “couteaux suisses”: difficile d’être expert en développement de sites, d’applications, d’emailing, etc. ET en publicités Google.

Lorsque nous avons démarré nos services d’agence Adwords en 2006 (avec des premières expériences Google Ads ADWORDS datant de 2004), les produits publicitaires Google étaient beaucoup moins nombreux et beaucoup moins complexes: il s’agissait essentiellement d’ ”acheter des mots-clés”….et tout était possible, on pouvait acheter le mot “SNCF” et renvoyer vers un site de valises (et voir sa publicité diffusée…cela serait impossible en 2021). La publicité Youtube, Google Display n’existait pas (ou presque)….Bref, la situation en 2021 n’a plus rien à voir. Il faut littéralement des mois d’entrainement en continu pour être à jour sur la plupart des produits Google Ads.

Il est donc quasiment impossible pour une agence “web” (au sens large du terme) de vous fournir un service fiable en Search Engine Advertising. Pour être totalement franc: nous avons aussi fait le même constat lorsque les comptes que nous auditions étaient gérés par des agences de publicités (TV, Radio…), elles étaient généralement peu rigoureuses dans la gestion des publicités online car ce n’est pas leur cœur de métier (et souvent une petite part de l’investissement publicitaire qu’elles géraient).

La certification Google Ads est “accordée par Google aux personnes qui prouvent leur compétence et leur expertise en matière de publicité en ligne et, plus précisément, de Google Ads“. Pour obtenir cette certification Google Ads, l’agence doit forcément être inscrite au programme de formation en ligne de Google et passer des tests de connaissances.

Au-delà de la certification Google Ads, il est (jusqu’à nouvel ordre) généralement mieux que l’agence possède le badge Google Premier Partner.

Le badge Google Partner démontre que l’agence a réussi les examens de certification sur les produits Google Ads et qu’elle est constamment informée des dernières nouvelles et gère les campagnes selon les normes de qualité requises par Google.

 Si vous voulez en apprendre plus sur Google Partner, cliquez ici.

3. Méthodes de suivi & compréhension de votre stratégie

Pour transformer les visiteurs d’un site web en clients, votre agence SEA doit recueillir de grandes quantités de données et avoir un système de suivi complet pour mesurer la réalisation de vos objectifs. Elle doit aussi être à même d’aligner au plus près les objectifs suivis dans Google Ads avec vos besoins  (qui peuvent évoluer dans le temps): nouveaux clients versus rétention de clients existants, marge versus conquête de parts de marché… Votre agence ne doit pas se contenter de réaliser des tâches opérationnelles (ajout d’annonces, modifications d’enchères, etc.) elle doit être à même de vous conseiller sur des solutions techniques qui collent de très près à vos problématiques.

Pour prendre un exemple: pour un site de petites annonces, quelle doit être la priorité? Le dépôt d’annonces? Le dépôt d’annonces payantes? Le nombre d’internautes prenant contact via des annonces? … si c’est au client de déterminer les réponses à ces questions, l’agence doit être à même de conseiller sur les façons dont on peut mesurer ces différents objectifs et les associer efficacement à l’investissement Google Ads.

Pour cela, votre agence doit mettre des pratiques de suivi efficaces en place, notamment via Google Analytics et Google Tag Manager, deux outils difficiles à contourner en matière de suivi des résultats online. Ainsi, nous vous encourageons à vérifier les points suivants :

  • L’agence connait-t-elle bien le fonctionnement de Google Analytics ?
  • L’agence utilise-t-elle également Google Tag Manager et possède-t-elle les ressources (développeurs) pour procéder à des installations complexes? Peut-elle vous fournir des exemples sophistiqués de tracking ?  Connait-elle les différents modèles d’attribution des outils qu’elle utilise ?

En complément direct du tracking, viendra le reporting dont l’objectif est de bien comprendre la contribution de Google Ads dans vos résultats online.

Source: AnalyticsMania.com

Idéalement, votre agence doit vous fournir un reporting couvrant les éléments suivants:

  • L’intégralité des données pertinentes (généralement: montant investi, résultats détaillés en termes de ventes/leads, …). La forme des données peut varier et dépend surtout de vos attentes: Google Data Studio, Excel, Rapport accessible via une interface sécurisée (généré via API Google Ads) …
  • Des données spécifiques utiles pour votre compréhension des résultats: résultats vs N-1 / M-1, quelles variables ont le mieux fonctionné et inversement, etc. L’objectif de ces informations supplémentaires étant de vous amener à prendre de meilleures décisions – exemples: faut-il refaire le site mobile? Les prix de certains produits doivent-ils être revus? La stratégie click-and-collect est-elle efficace?
  • Une liste précise des actions qu’elle prévoit de réaliser sur le compte (généralement basée sur les constats du reporting)

 

4. Communication, tarification et transparence

Au cœur de votre engagement et investissement avec votre agence Google Ads, l’honnêteté et une communication transparente sont fondamentales.

Concrètement, voici quelques questions à poser :

  • Qui paie les factures à Google? Idéalement, vous préfèrerez payer les factures Google vous-même (mandataire payeur)
  • À quelle fréquence allez-vous échanger avec votre agence ?
  • Quelle quantité de travail devrez-vous fournir de votre côté ?
  • Qui, exactement, s’occupera de vos campagnes ? Quelle est l’organisation du travail (un chargé de compte encadré par un chef d’équipe?)
  • Plus simplement: qu’attendez-vous de la part de votre agence ?

Cette dernière question est cruciale et nous encourage à faire un rappel :

Méfiez-vous des agences qui proposent des prix trop bas, des contrats à long terme, de grandes promesses ou des garanties.

  • Aucune agence Google Ads sérieuse  ne promet ou ne garantit de résultats. L’agence peut s’engager sur la mise en place de bonnes pratiques sur le compte, estimer précisément les progrès envisageables (si vous avez un historique d’investissement sur Google Ads) mais les résultats d’un projet sur internet dépendent aussi de facteurs indépendants de Google Ads: votre offre, votre positionnement, votre site, vos tarifs etc.
  • Inversement, si vous considérez le coût horaire minimum d’un professionnel qualifié en France (pour rappel: le coût horaire d’un jardinier est de 50€ de l’heure, celui d’un avocat s’élève souvent à plusieurs centaines d’euros / heure, celui d’un administrateur de réseau informatique est de 85€ / HT), il paraît peu vraisemblable qu’une agence facturant 150€/mois gère convenablement vos campagnes Google Ads.

5. Outils et technologies utilisés

Une agence SEA travaille généralement avec des outils informatiques pour augmenter sa productivité et fournir les meilleurs résultats possibles.

Source: https://developers.google.com/adwords/api/docs/guides/entity-relationships

S’il existe une gamme d’outils publics que la plupart des agences utilisent (Google Keyword Planner, le planificateur d’audiences, Gestionnaires de flux etc.), généralement, une agence aguerrie pourra vous proposer des outils développés sur-mesure pour améliorer la gestion du compte. Dans le cas de Snow Globe, nous utilisons des outils développés en interne avec l‘API Google Ads pour effectuer par exemple les opérations suivantes:

  1. Audit automatisé de votre compte SEA : le but de cet outil est de faciliter le travail des consultants et d’améliorer les résultats des comptes. Il permet, entre autres, d’identifier en un clic les mots-clés sous-performants, les landing pages non-fonctionnelles, les extensions manquantes, le nombre d’annonces par groupe d’annonce, les problèmes de vitesse de landing page, les mots-clés en doublons, les performances de groupes de requêtes etc.
  2. Des analyses Adhoc: il existe des centaines de scripts Google Ads potentiellement utiles pour votre compte – l’agence est-elle à même de les utiliser?
  3. Reporting sur-mesure: nous nous appuyons souvent sur l’API Google Ads pour récupérer des données et les associer automatiquement avec des données internes de nos clients et ainsi, créer des reportings sur-mesure intégrant des données du client non-accessibles dans Google Ads

6. “Chargé de compte” ou stratège ?

Idéalement, votre agence doit être à même de vous livrer les 2 prestations suivantes:

  1. La mise en place des meilleures pratiques Google Ads sur votre compte: c’est généralement un travail “réactif” – l’agence optimise les campagnes existantes et s’assure qu’il n’y a pas d’erreurs critiques sur le compte. C’est pour cette partie du travail que les certifications Google Ads sont utiles
  2. Une stratégie pour votre compte: il est plus rare qu’un prestataire SEA le fasse, mais, nous faisons le maximum pour proposer des évolutions (de manière pro-active) à nos clients. Faut-il conserver les mêmes indicateurs de performances? Si non, pourquoi? Quelles nouvelles campagnes méritent d’être testées? Quelles améliorations de vos sites peuvent permettre une amélioration de vos résultats SEA? Vos distributeurs / partenaires vous concurrencent-ils sur Google? Si oui, quelles solutions mettre en place? Comment gagner des parts de marché en conservant votre marge? etc.

Une agence recommandable élabore non seulement des campagnes structurées, hiérarchisées et optimisées selon des critères objectifs mais elle doit aussi être capable de vous faire régulièrement des propositions qui dépassent le cadre “historique” dans lequel vous avez fonctionné.

 

Quelle est la prochaine étape ?

Vous disposez maintenant des principaux critères à prendre en compte pour trouver une agence Google Ads fiable.

N’hésitez pas à nous contacter ou à laisser vos questions dans les commentaires ci-dessous si vous avez besoin de davantage de conseils, nous vous répondrons avec plaisir.

Snow Globe pourrait-elle être votre agence ? Oui, c’est possible !

Mais pas forcément…si vous trouvez les recommandations de cet article peu adaptées à votre problématique, nous aurons sans doute des difficultés à vous enthousiasmer.

Dans le cas contraire: vous pouvez entrer en contact avec nous pour en savoir plus !

Responsive Search Ads : ce qu’il faut savoir

Qu’est-ce qu’une “responsive search ad”…(RSA) ?

 

Tout d’abord, un peu de contexte sur ce que sont les Annonces Responsives sur le Réseau de Recherche Google (ou RSA donc, pour Responsive Search Ads). Il s’agit de l’intégration par Google du machine learning (intelligence artificielle) dans la création d’annonces textuelles. Avec l’utilisation des annonces RSA, l’algorithme Google crée la meilleure combinaison de titres et de descriptions pour chaque recherche. Grâce au machine learning, il y a une véritable personnalisation de l’annonce en fonction de l’utilisateur : s’il est sur mobile, s’il se trouve à Paris…

Concrètement, il s’agit d’annonces textuelles dont le contenu s’ajuste automatiquement afin de montrer le message le plus pertinent possible à l’internaute. Le principe consiste à insérer plusieurs titres et plusieurs descriptions au sein d’une même annonce. Google Ads se charge ensuite de tester différentes combinaisons de titres et de descriptions en mémorisant celles qui fonctionnent le mieux dans la durée.

 exemple d'une annonce RSA sur Google

 

 

Comment créer des annonces RSA ?

 

L’Annonce Responsive du Réseau de Recherche est, tout comme l’annonce textuelle étendue (ou ETA pour Expanded Text Ad), une annonce textuelle avec des titres de 30 caractères maximum et des descriptions de 90 caractères maximum. Vous fournissez jusqu’à 15 titres et 4 descriptions différentes, puis Google s’occupe du reste et crée la meilleure annonce pour chaque recherche.

Dans Google Ads, il vous suffit de cliquer sur l’onglet Annonces et extensions, puis sur le bouton +. Choisissez la campagne et le groupe d’annonces dans lesquels vous souhaitez créer votre RSA. Vous obtenez là un modèle où vous remplissez l’URL finale, le chemin, les titres et les descriptions. Vous devez fournir au moins trois titres et deux descriptions.

Pour créer votre annonce RSA, vous pouvez utiliser vos annonces ETA existantes. Pour vous aider à créer plus rapidement votre annonce RSA, accédez à l’onglet “Recommandations” de Google Ads. Vous avez également la possibilité de laisser Google créer une annonce RSA à partir des titres et descriptions existants de vos annonces ETA du groupe d’annonces concerné.

Attention, ce n’est pas parce que vous diffusez une annonce RSA que vous devez complètement arrêter les ETA. La meilleure pratique consiste à avoir au moins trois annonces textuelles étendues et une annonce RSA. En outre, Google préconise d’utiliser les annonces RSA au sein des campagnes générant déjà un fort volume de trafic.

 

exemple d'annonce RSA

 

 

Les bonnes pratiques pour tirer pleinement parti du potentiel des annonces RSA

 

  • Misez sur la quantité

Plus il y a de titres et de descriptions dans votre annonce RSA, mieux c’est. En effet, plus vous donnez de possibilités à Google, plus il y aura de combinaisons créées et testées. Par conséquent, la pertinence de l’annonce générée automatiquement augmente, encourageant Google à la diffuser davantage.

 

  • La variété est la clé

Au premier abord, vous pouvez penser qu’il serait judicieux de dire la même chose de 15 façons différentes. Or, ce serait sous-exploiter les annonces RSA : essayez plutôt de diversifier vos titres et descriptions autant que possible. Créer 15 titres très différents n’est pas tâche facile, mais cela améliorera l’efficacité de votre annonce et donc vos résultats.

Vous pouvez vérifier l’efficacité de votre annonce dans le template RSA ou bien ajouter cet indicateur à vos colonnes.

NB : La force de l’annonce est un outil aidant à créer la meilleure annonce RSA possible. Cette mesure n’est pas prise en compte dans le calcul de la pertinence de votre annonce.

 efficacité d'une annonce RSA

  •  Utilisez le rapport sur les éléments

Une fois que l’annonce aura généré un volume suffisant d’impressions (au moins 5000 au dessus des résultats organiques sur une période de 30 jours), les performances estimées de chaque élément par rapport à la moyenne de ceux du même type vont commencer à apparaître. Pour accéder au rapport sur les éléments, il suffit de cliquer sur “afficher les détails de l’élément” au niveau de l’annonce dans l’onglet “Annonces et extensions”.

Pour tirer au mieux parti des annonces RSA, la simplification du compte est donc de mise. Cela implique de réduire le nombre de groupe d’annonces pour maximiser leur volume d’impressions respectif.

Vous pouvez alors remplacer les éléments dont les performances sont “faibles” par de nouveaux. Pensez également à ré-utiliser vos meilleurs éléments dans d’autres formats d’annonces (ETA, annonces display, etc) et sur d’autres plates-formes (Facebook Ads par exemple) !

 

 

  • Épinglez si nécessaire

Vous souhaiteriez peut-être qu’un titre ou texte spécifique soit diffusé systématiquement ? Par exemple, vous voulez que le nom de votre entreprise soit toujours présent dans votre annonce. C’est possible : vous pouvez l’épingler à la position du titre 1, du titre 2 ou de la description 1.

Néanmoins, sachez que cela limite les possibilités qu’a l’algorithme de générer la meilleure annonce possible. C’est pourquoi, si cela n’est pas nécessaire pour votre entreprise, il est préférable de ne pas utiliser les épingles et de laisser l’algorithme s’optimiser librement sans cette restriction.

Si vous utilisez les épingles, mieux vaut épingler plusieurs titres ou textes afin que Google puisse choisir entre différentes options.

 

  • Évaluez avec prudence

Il se peut que le CTR (Click Through Rate, ou taux de clic) de votre RSA soit inférieur à celui de vos annonces ETA. En effet, en utilisant une annonce RSA, Google vous aide à créer une annonce la plus pertinente possible pour chaque terme de recherche.

De cette façon, le classement de vos annonces augmente pour de nombreux termes de recherche et vous pouvez désormais atteindre des personnes que vous n’auriez pas pu atteindre auparavant. Parmi toutes ces nouvelles personnes, certaines pourraient être très intéressées par votre offre, mais bon nombre d’entre elles pourraient également ne pas l’être, entraînant de ce fait une diminution de votre CTR.

Pas de panique, vous bénéficiez d’une plus grande exposition, ce qui entraînera plus de clics et plus de conversions, même avec un CTR plus bas. Afin d’évaluer les performances de votre annonce RSA, examinez plutôt les performances de l’ensemble de votre groupe d’annonces. Voyez si vous obtenez plus d’impressions, plus de clics et plus de conversions pour le groupe d’annonces dans son ensemble.

 

 

Si vous souhaitez en savoir plus au sujet des Responsive Search Ads de Google ou avez besoin d’aide dans leur mise en place, n’hésitez pas à nous contacter !

 

Sarah Fabre

 

 

Agence Google Ads : le badge « Google Partner » a-t-il encore du sens ?

C’est LE sujet qui a agité toute la communauté des professionnels du SEA il y a quelques temps, et qui ne manquera pas de refaire parler de lui en 2021. Vous en avez peut-être entendu parler, il s’agit bien sûr de la future mise à jour des conditions d’octroi du badge Google Partner.


EDIT : En pleine crise mondiale du covid-19, Google a récemment annoncé le report du nouveau programme Partner à 2021. Un petit sursis laissé aux agences, qui ont déjà fort à faire dans le contexte actuel… L’obtention du badge sera-t-elle ainsi plus aisée ? Pas si sûr…


Introduit en 2013 par Google, il avait alors vocation à distinguer les agences SEA possédant un haut niveau d’expertise sur les produits Google Ads. Les annonceurs devaient ainsi pouvoir choisir leur prestataire SEA sur la base de critères objectifs, comprenant entre autres la détention de certifications personnelles, ou encore le niveau de croissance des comptes gérés.

En 2021, les conditions d’accès au programme vont se durcir fortement pour limiter le nombre d’agences détentrices du précieux sésame, suite à leur multiplication ces dernières années.

 

Quels sont les changements apportés et pourquoi sont-ils si controversés ? Le badge Partner joue-t-il encore son rôle aujourd’hui ? Snow Globe va-t-il conserver le badge ?

On vous dit tout.

 

Qu’est-ce que le badge Google Partner ?

Badget Google Partner et Google Premier Partner

Ce programme créé par Google s’adresse principalement aux agences spécialisées dans la publicité en ligne. Il agit comme un tiers de confiance, en permettant de valider les compétences d’une agence auprès des annonceurs, tout en faisant bénéficier les détenteurs de multiples avantages : formation dédiée, accès au support Google, à des bêtas, des événements dédiés, et bien plus.

En 2016, Google souhaite faire un premier tri entre les nombreuses agences détentrices du badge Partner et lance alors la certification Google Premier Partner, cette dernière n’étant accordé qu’aux agences les plus performantes sur la base de l’augmentation du nombre de clients accompagnés par l’agence, de leurs revenus, et de leur fidélité. Le badge est alors accompagné de sous-spécialisations par domaine d’expertise (search, display, shopping, etc).

Snow Globe fait partie des premières agences à avoir bénéficié du badge Premier Partner, récompensant ainsi la qualité du travail délivré à nos clients depuis 2006.

 

 

Quels sont les nouveaux critères d’obtention du badge Partner ?

 

  • Performances de l’agence

alpiniste qui gravit une montagne dans la brume

C’est LE critère qui fait le plus polémique actuellement. Jusqu’alors, la validation de ce critère reposait sur l’accroissement du nombre d’annonceurs gérés, de leurs revenus et leur fidélité.

Le nouveau badge Partner imposera aux gestionnaires de compte d’obtenir un score minimum de 70% dans l’onglet « Recommandations » de chacun des comptes Google Ads sous gestion.  On pourrait penser à première vue que ce changement permet de garantir un niveau de performance élevé, en appliquant les « best practices » de Google. Les spécialistes du SEA savent qu’il n’en est rien.

 

Cet onglet « Recommandations » contient en effet beaucoup de choses. Des recommandations parfois utiles (ajouter des extensions d’annonces, importer des listes de clients) côtoient souvent des incitations à créer des campagnes entièrement automatisées (Smart Display, Smart Shopping) ou encore à ajouter des mots clefs peu en relation avec le business du client.

 

Et c’est là que le bât blesse. L’outil de recommandations propose une boîte à outils de ce que l’on peut faire sur Google Ads, mais ne connait en rien la stratégie du client, ses objectifs, ou les spécificités de son secteur. Le gestionnaire de compte et le client sont les seuls à même de pouvoir arbitrer sur ce qu’il est pertinent de mettre en place ou non pour atteindre les objectifs du compte.

 

Vous pourriez rétorquer :« Oui, mais Google n’impose pas d’accepter toutes les recommandations, puisque le score requis est de 70% ».

 

Il est certes possible d’ignorer des recommandations non pertinentes. Le score augmente alors, mais il faut savoir que ces recommandations ignorées ne sont pas prises en compte dans le calcul du score permettant d’obtenir le badge.

On pourrait également penser que cela laisse une marge de manœuvre importante au gestionnaire. L’exemple ci-dessous montre que ce n’est pas le cas.

 

Sur cette capture d’écran issue du compte d’un de nos clients, on peut voir que le taux d’optimisation dépasse à peine les 70%, juste ce qu’il faut pour remplir le critère. Pourquoi un score étrangement si faible ? Il n’y a en effet que des campagnes shopping et elles sont quasiment toutes en stratégie ROAS cible, une stratégie d’enchères automatisée.

Taux d'optimisation d'un compte Google Ads

On peut voir en réalité que le fait de basculer sur des campagnes Smart Shopping permet d’augmenter le taux d’optimisation de 26%. Cela suggère que ce type de campagne augmente drastiquement les performances du compte.

 


EDIT : suite au report de la mise à jour du programme, le gain de performance supposé des smart shopping est passé de 26,4 à 35,4%, diminuant ainsi mécaniquement le score global du compte en dessous du seuil de 70% nécessaire à l’obtention du nouveau badge.

Un report qui pourrait finalement ne pas être une si bonne nouvelle…

 Taux d'optimisation d'un compte Google Ads

 


Petit aparté sur les Smart Campaigns

Ce n’est pas l’objet de cet article mais les campagnes automatisées que nous avons testées en internes nous ont convaincu que, malgré une simplicité de création et de gestion indéniable, elles comportent également quelques défauts.

Efficaces pour des annonceurs peu à l’aise avec l’outil Google Ads, le peu de contrôle et de transparence qu’elles offrent incitent néanmoins à la prudence. Il suffit de donner un objectif et un budget à l’algorithme et celui-ci tente de l’atteindre. Vous n’avez pas accès aux rouages, c’est le principe de la « black box ».

Vous ne souhaitez pas apparaître sur vos mots clefs marques ? Impossible de les exclure.

Vous souhaitez contrôler la diffusion sur les réseaux les plus performants ? Impossible, l’algorithme se charge déjà de le faire pour vous.

Vous l’avez compris, ces campagnes imposent à leurs utilisateurs une certaine confiance dans leur fonctionnement. Potentiellement problématique lorsque l’on sait que cet algorithme est à la fois juge et partie.  Sans mentionner l’impossibilité d’en apprendre plus sur les comportements de vos clients.


Femme robot qui écrit au stylo

 

Pour revenir à notre exemple, il serait donc obligatoire, selon les critères actuels, de lancer une campagne Smart Shopping pour obtenir le badge. Une décision plutôt contestable de la part de Google.

 

  • Dépenses de l’ensemble des comptes

 

 

Il suffit actuellement de cumuler 10 000€ d’investissement sur 90 jours pour remplir ce critère. En 2021, ce minimum double, ce qui de fait exclue les plus petites agences et certains free-lance. Est-ce qu’investir 2 fois plus signifie travailler 2 fois plus dans les intérêts de ses clients ? La question mérite encore une fois d’être posée.

 

  • Certifications Google Ads

 

Jusqu’à présent, deux membres certifiés au sein d’une agence suffisaient pour remplir ce critère. Il s’agira désormais de faire en sorte qu’au moins 50% des utilisateurs du compte de l’agence obtiennent les certifications Google Ads. On pourrait encore y voir une manière de relever le niveau de compétence des agences Google Partner. Malheureusement, ces certifications souffrent de quelques défauts, en particulier en ce qui concerne leur facilité d’accès.

 

spécialisations Google Ads

 

Quel avenir pour le badge ?

 

homme avec jumelles

 

Vous l’avez compris, cette mise à jour des critères d’obtention du badge Partner représente un double virage :

  • Dans la politique d’adoption des fonctionnalités de Google d’abord. Plus d’automatisation, bientôt imposée plutôt que suggérée.  Cela implique plus de contrôle laissé à Google dans le pilotage de vos campagnes.

 

  • Dans la relation avec les agences SEA ensuite. Elles étaient jusqu’à présent plutôt chouchoutées, indépendamment de l’adoption de fonctionnalités Google Ads. Qu’en sera-t-il en 2021 pour les plus réfractaires ?

 

En 2021, on va donc avoir une distinction entre 2 types d’agences. Il y aura celles qui acceptent d’appliquer les recommandations Google pour obtenir le précieux badge. Et il y aura les autres. La question de l’indépendance vis-à-vis de Google sera plus que jamais primordiale dans la sélection d’une agence SEA.

Chez Snow Globe, notre choix est fait depuis longtemps. Nous avons toujours travaillé dans l’intérêt de nos clients. Cela ne changera pas en 2021. Snow Globe parviendra peut-être à obtenir le nouveau tout en respectant les intérêts de ses clients. Ou peut-être que l’agence ne l’obtiendra pas. Et ce n’est pas grave.

 

Oui, le badge Google Partner semble bien mort.

 

Nous en sommes convaincus : plus que jamais en 2020, c’est l’expérience et l’atteinte des objectifs qui seront les meilleurs gages de qualité d’une agence SEA.

Qui de mieux pour vous en convaincre ? Les clients eux-mêmes !

Les clients que nous accompagnons depuis des années reconnaissent la valeur de notre travail et n’hésitent pas à le dire (lire nos avis sur TrustPilot).

 

 

De Google Partner à Client Partner

Badge Client Partner Certified

 

Suite à l’annonce des changements concernant le badge Google Partner, nous avons souhaité participer à l’initiative « Client Partner » lancée par l’agence digitale américaine Cypress North.

En apposant ce badge sur notre site, nous voulons montrer que seuls les intérêts de nos clients sont au centre de nos préoccupations, et non pas ceux de Google.

 

Et vous, votre agence est-elle « Client Partner » ?

 

Alexis Verguin